DAVID FRAY, Jacques Rouvier, Emmanuel Christien, Audrey Vigoureux


D STEINWAY 357, 261, 671, 407


Théâtre des Champs Elysées - 29 novembre - 20h30

Programme

CARTE BLANCHE A DAVID FRAY III

Bach Variations Goldberg BWV 988

Son air de jeune premier et son élégance naturelle ont marqué les débuts de la fulgurante carrière du français David Fray. Formé par Jacques Rouvier et 2e Grand Prix du Concours de Montréal, il s’est révélé au public par un étonnant et réussi premier enregistrement consacré à Bach et Boulez, un « mariage » original qui souligne sa personnalité et son goût pour les affinités musicales. Et c’est justement à la figure mythique du Cantor de Leipzig que David Fray décline sa carte Blanche cette saison en trois rendez-vous. Dernière étape ici avec ce sommet que constitue les Variations Goldberg, 30 Variations fantasques et d’une rare intensité que son auteur déclarait modestement avoir « composé à l’intention des amateurs pour le plaisir de l’esprit ». En fait l’incroyable synthèse de toute une vie de musique.

Les autres rendez-vous de la Carte blanche à David Fray
Carte blanche David Fray I
Ensemble à cordes de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, David Fray, Jacques Rouvier, Emmanuel Christien, Audrey Vigoureux (BachConcertos à deux, trois et quatre pianos) - 29 novembre 2018

Henri BARDA, piano


D STEINWAY 357


Salle Gaveau - 20 novembre 2018 - 20h30

Récital Chopin

Les Concerts de Monsieur Croche

Élève au Caire de Ignaz Tiegerman, Henri Barda poursuit ses études à Paris avec Lazare Lévy, au Conservatoire de Paris avec Joseph Benvenuti, Jean Hubeau, Madeleine Giraudeau. Il entre à la Juilliard School de New-York, travaille avec Carlos Buhler, Beveridge Webster et Paul Makanovitsky. Jerome Robbins lui confie l’entrée au répertoire de l’Opéra de Paris de l’intégralité de ses ballets sur des œuvres de Chopin. Cette étroite collaboration avec la danse s’est poursuivie pendant plus de dix ans, au Palais Garnier et en tournées internationales. Henri Barda est souvent invité au Japon. L'un de ses récitals récents à Tokyo a été récemment publié sur disque.

Programme

FREDERIC CHOPIN (1810 - 1849 )

  • Quatre Impromptus
  • Barcarolle en fa# majeur Op. 60
  • Sonate n°2 en si bémol majeur Op. 35

Entr'acte

  • Ballade n°1 en sol mineur Op. 23
  • Ballade n°4 en fa mineur Op. 52
  • Quatre Mazurkas
  • Sonate n°3 en si mineur Op. 58

 

INSULA ORCHESTRA / CHRISTIAN ZACHARIAS en concert


PLeyel 267


La Seine musicale - jeudi 08 Novembre 2018 à 20h30

ZACHARIAS, SYMPHONIQUE

Carl Philipp Emanuel Bach
Symphonie en sol majeur

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano n° 20

Joseph Haydn
Symphonie n° 102

Vladimir Feltsman, piano


D STEINWAY 407


Salle Gaveau - 10 octobre 2018 - 20h30

Le pianiste et chef d'orchestre Vladimir Feltsman est l'un des musiciens les plus polyvalents et les plus intéressants de notre temps. Son vaste répertoire englobe tout le répertoire, de la musique du baroque aux compositeurs du XXIème siècle. Il s’est produit avec les plus grands orchestres américains et sur les scènes et festivals les plus prestigieux du monde entier.

 

Né à Moscou en 1952, Vladimir Feltsman a fait ses débuts avec l'Orchestre philharmonique de Moscou à l'âge de 11 ans. En 1969, il est entré au Conservatoire d'État de Moscou Tchaïkovski pour étudier le piano sous la direction de Jacob Flier. Il a également étudié la direction d’orchestre aux conservatoires de Moscou et de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg). En 1971, Feltsman a remporté le Grand Prix du Concours international de piano Marguerite Long à Paris. De nombreux tournées dans l'ex-Union soviétique, en Europe et au Japon ont suivi.

 

En 1979, critique à l'égard des restrictions à la liberté artistique du régime soviétique, Vladimir Feltsman fait part de son intention d'émigrer, et réclame un visa de sortie. Il est immédiatement interdit de se produire en public en Union Soviétique, ses enregistrements rendus introuvables. Après huit années d'exil artistique intérieur, il obtient enfin l’autorisation de quitter l'Union soviétique. À son arrivée aux États-Unis en 1987, Vladimir Feltsman est chaleureusement accueilli à la Maison-Blanche, où il donne son premier récital en Amérique du Nord. La même année, ses débuts à Carnegie Hall le placent immédiatement comme un pianiste majeur de la scène américaine et internationale.

 

Pédagogue passionné et révéré de ses élèves, Vladimir Feltsman est titulaire de la prestigieuse chaire de Professeur de piano à l'Université d'État de New York, New Paltz. Il est membre de la faculté de piano au Mannes College of Music à New York. Il est le fondateur et le directeur artistique de l'International Festival-Institute PianoSummer à New Paltz, un programme de formation intensive de trois semaines destiné aux grands étudiants en piano, qui attire les jeunes talents du monde entier.


Feltsman vit à New-York avec sa femme Haewon. En 2012, ils ont créé ensemble la Feltsman Piano Foundation qui aide les jeunes musiciens à réaliser leur potentiel et à faire progresser leur carrière. Vladimir Feltsman est citoyen américain.

La vaste discographie de Vladimir Feltsman a été publiée sur les labels Sony Classical, Musical Heritage, Nimbus et Melodiya. Elle comprend plus de 50 CD. Depuis 2011, le label Nimbus a publié une vingtaine d'albums de Bach, Rachmaninov, Chopin, Scriabine, Tchaïkovski, Liszt, Haydn, Schubert, Schumann et Schnittke. L’un de ses plus récents albums comporte un enregistrement du Concerto n ° 3 de Rachmaninov avec l'Orchestre symphonique national russe dirigé par Mikhaïl Pletnev, capté en public en novembre 1992 au Conservatoire de Moscou.


Vladimir a récemment fait paraître l’intégrale des sonates pour piano de Schubert et une vaste anthologie des œuvres de Schumann pour Nimbus. Sa discographie comprend aussi la plupart des œuvres majeures de Bach, un grand nombre de sonates de Beethoven, et des œuvres de Haydn, Chopin, Liszt, Brahms, Tchaïkovski, Scriabine, Moussorgski, Messiaen et Silvestrov, ainsi que des concertos de Bach, Brahms, Chopin, Tchaïkovski, Rachmaninov et Prokofiev.

Alexander MELNIKOV, piano


Théâtre des Champs Elysées - Mercredi 27 mars 2019 - 20 h

Son cheminement auprès de Sviatoslav Richter, dont il est peut-être bien le plus authentique disciple, l’a profondément marqué. Son jeu combine les qualités les plus extrêmes, de la puissance à la couleur, de la fantaisie au sens inné de la structure des œuvres. Maîtrisant aussi bien les secrets des répertoires russe qu’allemand et français, Alexandre Melnikov donne enfin un grand récital au Théâtre des Champs-Elysées, avec trois compositeurs qui lui tiennent particulièrement à cœur : Schumann, Brahms et Debussy, dont il vient d’enregistrer les Préludes.

Jean-Claude PENNETIER


Théâtre des Champs Elysées - Vendredi 24 mai 2019 - 20 h

Considérant la musique comme un sacerdoce, mûrissant longuement les œuvres qu’il présente au public, le grand pianiste français se dit enfin prêt, à 77 ans, à nous livrer sa vision des ultimes sonates de Beethoven : l’opus 101 et l’opus 109. En deuxième partie, Jean-Claude Pennetier nous offre certaines des plus belles œuvres de Fauré dont il vient d’achever l’enregistrement de l’intégrale au disque et dont il est sans aucun doute une des voix les plus autorisées aujourd’hui au monde

Kit ARMSTRONG, piano


Théâtre des Champs Elysées - Lundi 14 janvier 2019 - 20 h

Le Mozart espiègle de la Sonate « Alla turca » mais aussi celui de grandes œuvres tragiques comme la Sonate en do mineur ou la méconnue Fantaisie en fa mineur, le Haydn malicieux du Capriccio en do majeur mais aussi le Haydn le plus profond – celui des Variations en fa mineur – qui déjà regarde vers le romantisme, avec pour commencer Carl Philip Emmanuel Bach dont Mozart disait : « Il est le père, nous sommes des enfants ». Le disciple d’Alfred Brendel, prodige absolu du piano, fait revivre pour nous trois des plus grands compositeurs de leur temps dans un fascinant jeu de miroirs.

Les grands pianistes chinois de demain


Théâtre des Champs Elysées - Samedi 25 mai 2019 - 20 h

Ces dernières années ont vu l’émergence sur la scène internationale d’une nouvelle génération de pianistes chinois, pour certains très célèbres. Mais d’autres sont là, soutenus par l’Académie France-Chine. Créée par Zhu Xiao-Mei, l’Académie a vocation à permettre à de jeunes artistes chinois d’approfondir leur art en s’immergeant au cœur des cultures française et européenne. De grandes découvertes en perspective !

Nobuyuki TSUJII, piano


Théâtre des Champs Elysées - Lundi 17 décembre 2018 - 20 h

L’année dernière, les débuts au Théâtre des Champs-Elysées du pianiste japonais, aveugle de naissance et qui n’a jamais appris le piano que par l’oreille, ont profondément ému le public. Nobuyuki Tsujii revient dans un programme consacré à Chopin et aux compositeurs français qu’il aime tant : Satie, Debussy et Ravel, où, comme peu d’autres le peuvent, il nous fera sentir le « mystère de l’instant ».

Denis Matsuev


D 225 STEINWAY


Théâtre de Champs Elysées - 17 septembre 2018 - 20h

Après son récital triomphal de l’an dernier au Théâtre des Champs-Elysées, Denis Matsuev poursuit son exploration du piano beethovénien, avec la 3ème sonate, à la fois mutine et profonde, et la colossale Appassionata, avant de s’attaquer à un monument du piano russe : la Grande Sonate de Tchaïkovski. Frissons et émotion assurés !

FESTIVAL MARSEILLE JAZZ DES CINQ CONTINENTS


du 18 au 27 juillet 2018



JEUDI 19 JUILLET
THÉÂTRE SILVAIN . 20H30

Luo Ning Trio
Luo Ning, originaire du Xinjiang est désormais l’un des leaders de cette nouvelle scène. Artiste de piano Yamaha et de la fondation américaine Si-Yo Music Society, il est un des trois grands pianistes chinois avec Lang Lang et Yundi Li, à signer en 2017 dans le plus prestigieux label mondial, Universal Music Group. Né dans une famille de musiciens, son père le pousse très tôt sur une voie dans laquelle il va exceller. Virtuose accompli, il a partagé depuis la scène avec Kenny Garrett, Rodney Wallace, Dave Weckl … ouvert sur le monde, ses dernières compositions l’emmène dans des univers de bossa et de latin jazz. Et le festival l’accueille avec enthousiasme pour une première en France.

Hudson  / Jack DeJohnette . John Scofield
John Medeski . Scott Colley

Ils sont là pour la première fois chez nous, quatre fantastiques : John Scofield dont la guitare continue d’influencer le renouveau de la planète jazz, Jack DeJohnette, le nom est si souvent associé à Keith Jarrett que l’on a oublié qu’il jouait avec le quintet de John Coltrane, John Medevski, clavier figure de proue de l’avant-garde jazz de New York dans les années 90 et Scott Colley, contrebassiste parmi les plus précieux et qui enchaîne les collaborations de haut vol. 4 géants du Jazz au Théâtre Silvain, l’écrin minéral à deux pas de la mer, avec le ciel pour objectif, et toujours la marque de l’inédit !

VENDREDI 20 JUILLET . THÉÂTRE SILVAIN . 21H

Sarah Quintana & Christophe Lampidecchia

Selah Sue " acoustique "

SAMEDI 21 JUILLET . MUCEM . 20H30

Awake
Difficile de résister à ce quintet porté par Romain Cuoq et Anthony Jambon qui semble marquer une nouvelle ère dans le jazz grâce à la jeunesse et l’enthousiasme. De jeunes musiciens au nom prédestiné qui composent avec précision et qui jouent avec plaisir une musique prête à secouer et à éveiller un peu plus la galaxie du jazz. Avec « Awake », Anthony Jambon et Romain Cuoq continuent d’effacer un peu plus les préjugés sur cette musique. Le répertoire est un ensemble de compositions au lyrisme assumé, marquées par des inspirations folks et des réminiscences classiques, articulées au son du jazz.

Sylvain Rifflet Re Focus
Saxophoniste, clarinettiste et compositeur français, diplômé du Conservatoire de Paris, Sylvain Rifflet est lauréat du concours de la Défense et a reçu plusieurs récompenses dont une « Victoire du jazz » et un « Django d’or ». Ça pose tout de suite le personnage. Fer de lance de la jeune génération de musiciens de jazz, il a voulu rendre un hommage intelligent et libre à Stan Getz, une de ses principales sources d’inspiration. Le résultat prend la forme originale d’une réinterprétation du disque mythique du saxophoniste de légende « Focus » arrangé par Eddie Sauter. Habile et élégant, si le style de Getz est inimitable, le talent de Sylvain Rifflet se déploie totalement dans cet espace de jazz, avec au delà de l’admiration, la force de la modernité.

Yoshichika Tarue feat Philippe Pipon Garcia et Michel Benita
Le début d’une histoire, c’est l’impact du pianiste Makoto Ozone sur un jeune japonais rêveur qui écoutait la radio. Assis au piano, il croyait que la musique avec la poésie, allait sortir d’elle-même. Dommage. Donc il s’est mis au piano classique, a appris la théorie musicale et la lecture à vue « mais ce que je voulais vraiment faire, c’était regarder par la fenêtre et dire : « Il pleut, improvisons quelque chose de pluvieux », le jazz ».

Avishai Cohen Big Vicious
Le jazz du trompettiste élevé à Berklee College et installé à New York, se déploie dans la droite ligne d’un classicisme post-bop directement inspiré du gourou Miles Davis. Cette lignée fait de lui un des nouveaux maîtres du silence, et c’est tout naturellement que son album sorti chez ECM, la référence, s’intitule « Into the Silence »

FESTIVAL CLASSIQUE NICE 2018


du 22 juillet au 5 août 2018



Marie-Josèphe Jude directrice artistique
Pianiste concertiste et professeur au CNSMDP de Paris
Présidente de l’Académie Internationale d’Eté de Nice


Pour sa 61ème édition, l’Académie Internationale d'Eté propose un nouveau concept de festival sous l’égide de la Ville de Nice.

Le Nice Classic Live souligne par son appellation son appartenance à l’excellence du label Nice Music Live créé par la Ville pour le jazz et les musiques actuelles.

Nous vous donnons rendez-vous du 22 juillet au 5 août 2018 pour retrouver la magie des Concerts du Cloître, découvrir le "Le Midi-Minuit de l'Académie" au Conservatoire et des concerts au Musée Matisse.

FESTIVAL FIGUIERE


25, 26 & 27 juillet 2018 - 21h



UN SURPRENANT FESTIVAL DE THÉÂTRE CONTEMPORAIN ET DE SPECTACLES VIVANTS AU COEUR DES VIGNES

Programme:

Mercredi 25 juillet
Vanessa Wagner (musique)
Hugues Sanchez "Les Diaboliques-Remix" (ciné concert)

Jeudi 26 juillet
François Gremaud et Pierre Mifsud "Conférence de choses" Théâtre
Katerina Andréou "Kind of fierce" (danse)

Vendredi 27 juillet
Olivia Grandville "Cabaret Discrépant" (danse)
Les Tétines noires (musique)

Toute la durée du festival: L’espace cuverie sera investi tous les soirs par Olivier Lété avant les spectacles. Le musicien et sa basse, nous transporteront d’improvisations en adaptions au coeur de son dernier opus : TUNING

Dégustation des vins du domaine, restauration sur place, musique, etc.

 

FLANNERIES MUSICALES DE REIMS


du 20 juin au 12 juillet 2018



Le festival de musiques classiques des Flâneries Musicales de Reims se déroulera du 20 juin au 12 juillet 2018 et se clôturera avec le concert pique-nique le 21 juillet à partir de 19h00

Nice Jazz Festival



L’affiche officielle du Nice Jazz Festival 2018

Sous l’impulsion de Robert Roux, conseiller municipal, Délégué au Cinéma, aux Arts dans l'Espace Public, au Pôle de Culture Contemporaine "Chantier 109", Subdélégué aux Musées et aux Musiques Actuelles, l’art est intégré au cœur du Nice Jazz Festival.

Le  Nice Jazz Festival se doit d’être au croisement des disciplines artistiques.

Un concours a été lancé cet hiver pour la création de la nouvelle affiche du Nice Jazz Festival. Près de 130 artistes y ont participé.

Un jury a fait une première sélection de 70 œuvres pour les 70 ans !

Les œuvres originales seront exposées à la Villa Masséna et les reproductions seront visibles dans l’espace public sur le site du festival dans le cadre d’une grande exposition consacrée aux 70 ans du Nice Jazz Festival, et c’est l’artiste BEN qui a été retenu pour en faire l’affiche officielle​.

Par ailleurs, un catalogue présentant les 70 œuvres sera édité et disponible pour le grand public.

 

Sur les 70 affiches retenues c’est l’œuvre de Mauro Maugliani qui a été choisie pour illustrer le 70ième anniversaire du Nice Jazz Festival.

 « L’œuvre est un hommage à ceux qui ont participé à la renommée de la ville de Nice à travers le monde. On retrouve une représentation du trompettiste Louis Armstrong, icône du jazz par excellence qui fût la grande vedette de la première édition en 1948,  dans une atmosphère retro en noir et blanc que seule la peinture peut recréer, dans ce rite liturgique qui voit la musique sur le même rythme tonal de formes et de couleurs. » Mauro Maugliani

Revenir aux actualités

 

FESTIVAL NANCYPHONIES 2018


du 30 juin au 2 septembre 2018



Avec des artistes tels que Roger Muraro et Pierre-Laurent Aimard, c’est l’élite internationale du piano qui fera escale à Nancy, aux côtés de jeunes étoiles éblouissantes comme les sœurs Berthollet, révélées par l’émission Prodiges.

Les plus belles salles et les lieux les plus inattendus du Grand Nancy serviront d’écrin à ces concerts.

Une vingtaine de concerts gratuits  donnés en plein air complètent l'événement : au Parc de la Pépinière avec le cycle L’Heure exquise, à la Halle des quais de Maxéville ou au Parc Pouille de Vandœuvre.

PARIS JAZZ FESTIVAL



Avis aux amateurs de musique et férus de jazz : le Paris Jazz Festival revient cet été tous les samedis et dimanches du 30 juin au 22 juillet 2018 au Parc Floral de Paris, à deux pas du Château de Vincennes ! 4 week-ends pendant lesquels le public pourra profiter de concerts en plein air dans un écrin de verdure, en journée mais aussi en soirée avec cette année un concert nocturne. En parallèle des concerts, de nombreuses animations pour toute la famille ponctueront les après-midis du festival.
Pour cette 25e édition, la 10e pour l'équipe de Côté Cour Production et sa directrice Pierrette Devineau, la programmation éclectique du festival saura enchantée tous les publics. Lors de chacun des week-ends, place à des concerts autour d'une nouvelle thématique tels que la scène jazz de l'État d'Israël, l'universalité du blues ou encore un week-end haut en couleur. De grandes formations se présenteront également sur la scène du festival.
Au programme : le Mark Eliyahu Ensemble proposera une soirée exceptionnelle avec sa musique fortement imprégnée de spiritualité, les artistes de l'opus Body & Blues qui invitent à explorer les racines du genre, le lauréat des Victoires du Jazz 2017 : Hugh Cotman, le groupe Ikui Dori au répertoire inspiré par la musique des compositeurs français du début du siècle dernier mais aussi Émile Parisien qui a remporté, avec Sfumato, l'Album sensation de l'année 2017.
Cette nouvelle édition propose également une exposition : 100 ans de Jazz à Paris ou une invitation à déambuler dans le Parc Floral afin de fêter dignement le jazz en France et admirer des illustrations qui rendent hommage à de nombreux artistes dans des lieux emblématiques de la ville.
Pour célébrer cette décennie lumineuse, les organisateurs offriront au public du Parc Floral un magnifique feu d'artifice afin de clôturer ce festival en beauté. A vos agendas pour le festival de l'été à ne pas manquer !

Denis PASCAL


D STEINWAY 530


Salle Gaveau - 23 mars 2018 - 20h30

BEETHOVEN : Sonate n° 26 op. 81 « Les Adieux », Sonate n° 31 op. 110
SCHUBERT : Sonate n° 20 D 959

Dans sa pénultième sonate, Beethoven plane sur des sommets absolus, réussissant le tour de force de concilier liberté poétique et rigueur d'une écriture au contrepoint fabuleux. Denis Pascal rend justice à cette architecture prodigieuse animée d'une vie frémissante. Le pianiste français magnifie aussi l'avant-dernière sonate de Schubert qui, par des moyens radicalement différents, retrouve une profondeur métaphysique similaire.

Jean-François ZYGEL, piano


Bösendorfer VC 280


Breuillet - 13 mars - 20h30

Jean François Zygel improvise sur Bach

« C’est quand même une drôle d’histoire, l’improvisation. Le public ne sait pas ce qu’il
va entendre et l’improvisateur ne sait pas ce qu’il va jouer. (…)

Moi j’ai l’impression d’avoir toujours improvisé. Déjà quand j’avais 8 ans, 9 ans, que mon
père surveillait si je travaillais bien mon piano, en fait la plupart du temps j’improvisais.
(…) J’ai remarqué que ce qui se passe juste avant un concert est toujours très important.
Ce que j’ai mangé, ce à quoi j’ai rêvé, si je suis triste ou plein d’énergie, les musiques que
j’ai entendues, les personnes que j’ai rencontrées, les amis auxquels j’ai pensé… Ce qui
me plaît bien, c’est qu’on peut improviser avec tout le monde. Avec un musicien de jazz
comme avec un joueur de doudouk arménien, avec un beat-boxer comme avec un joueur
de erhu chinois. En compagnie d’un danseur, d’un acteur ou d’un jongleur. (…)
Aujourd’hui, une fois de plus, je me dis que Bach est un de mes plus vieux amis. Fidèle.
Présent. Toujours là quand j’ai besoin de lui, quand ça ne va pas. Quand ça va aussi
d’ailleurs. »

Festival Banlieues Bleues 2018 - 35e édition


du 16 mars au 13 avril 2018


Saint-Ouen, Aubervilliers, Paris, Pantin ........

 


vendredi 16 mars à 20h30, Saint-Ouen

FESTIVAL 2018 

SIBUSILE XABA + ABDULLAH IBRAHIM & EKAYA  - complet

en savoir plus

samedi 17 mars à 20h30, Aubervilliers

FESTIVAL 2018 

TSHEGUE + LES AMAZONES D'AFRIQUE

en savoir plus

dimanche 18 mars à 16h00, Pantin

FESTIVAL 2018 - JEUNE PUBLIC 

ANTONIN TRI HOANG CHEWING-GUM SILENCE

en savoir plus

mardi 20 mars à 20h30, Pantin

FESTIVAL 2018 

ÉLODIE PASQUIER SOLO + CELUI QUI TRANSPORTE DES OEUFS NE SE BAGARRE PAS

en savoir plus

mercredi 21 mars à 20h30, Pierrefitte-sur-Seine

FESTIVAL 2018 

KOBO TOWN + DEVA MAHAL

en savoir plus

jeudi 22 mars à 20h00, Paris

FESTIVAL 2018  

EVE RISSER SOLO II Piano piano

en savoir plus

vendredi 23 mars à 20h30, Gonesse

FESTIVAL 2018 

JACOB DESVARIEUX NANM KANN

en savoir plus

samedi 24 mars à 20h30, Argenteuil

FESTIVAL 2018 

SARAH MURCIA NEVER MIND THE FUTURE

en savoir plus

samedi 24 mars à 20h30, Nanterre

FESTIVAL 2018 

MELINGO ANDA

en savoir plus

mardi 27 mars à 20h30, Pantin

FESTIVAL 2018 

ÉTÉNÈSH WASSIÉ TRIO YENE ALEM + LAURENT BARDAINNE QUARTET TIGRE D'EAU DOUCE

en savoir plus

1 | 2 | 3           UP SiteMap Mentions légales Contacts

DANIEL LOZAKOVITCH, violon ALEXANDER ROMANOVSKY, piano


Salle Gaveau - 15 mars 2018 - 20h30

  • MOZART : Sonate pour violon et piano n° 26 en si bémol majeur K 378
  • SCHUBERT : Fantaisie pour violon et piano en ut majeur D 934
  • BEETHOVEN : Sonate n° 9 en la majeur op. 4

À tout juste seize ans, Daniel Lozakovitch a reçu le surnom de « nouveau Menuhin ». Le prodige suédois ne cesse, au fil des années, d'imposer un talent qui magnifie tous les répertoires, de Bach à Bartók, avec une prédilection particulière pour Beethoven. Invité régulier de chefs tels que Valery Gergiev ou Semyon Bychkov, il est aussi un chambriste fabuleux, comme il va le démontrer à la Salle Gaveau. L'avenir est en marche !

 

MŪZA RUBACKYTĖ, piano


D STEINWAY 589


Salle Gaveau - 8 mars 2018 - 20h30

Concertos

  • MALCYS : La Voie Lactée
  • MOZART : Concerto pour piano n° 23
  • CHOPIN : Concerto pour piano n° 1
  • THILLOY : Le Songe d'Eglè op. 225 - création mondiale (composition sur un conte populaire lituanien)
En 2018, la Lituanie fêtera le centième anniversaire du rétablissement de son indépendance. À cette occasion, l'Orchestre de chambre de Lituanie, incontestablement l'une des meilleures formations de ce genre en Europe, rend visite à la Salle Gaveau en compagnie de la pianiste Mūza Rubackytė, virtuose qui a fait de Paris son foyer, et qui offre ici deux partitions emblématiques de son répertoire. Un grand moment de musique pour fêter l'amitié franco-lituanienne.

Bösendorfer Vienna Concert 280 n°5112


La nouvelle génération du piano à queue de concert Bösendorfer.


De l’émotion à l’état pur, dès les premières notes.

Longueur : 280 cm

Largeur : 157 cm

Poids net : 507 kg

Le nouveau piano à queue de concert 280VC – Vienna Concert – prend les publics et les artistes par surprise.

Notre équipe d’ingénieurs a su créer une véritable symbiose entre l’approche traditionnelle légendaire de Bösendorfer en matière de fabrication de pianos et les technologies les plus sophistiquées de modélisation et de mesures scientifiques. Ce piano à queue de concert a été entièrement réinventé, et pourtant, il reste fidèle à notre philosophie du son, améliorant encore notre principe de caisse de résonance. Des pianistes de renom ainsi que des maîtres aux compétences éprouvées dans l’art de la fabrication du son ont participé au perfectionnement de l’articulation acoustique de notre 280VC.

La silhouette lisse et élégante de cet instrument révèle sa capacité à projeter des ondes sonores brillantes, sans effort aucun. Un son pur comme le diamant, radieux et qui scintille gaiement. Une dynamique époustouflante, des couleurs stupéfiantes et une brillance exaltante : le nouveau Bösendorfer 280VC – Vienna Concert – représente l’aboutissement même de la légende Bösendorfer.

 

Andréi Korobeinikov


D STEINWAY 261


Theâtre des Champs Elysées - 17 mars 2018 - 20h

Le pianiste russe tisse un programme empli de nostalgie incantatoire, de Schubert à l'une des plus grandes pages de Liszt.

Schubert Trois Impromptus op. 142 n°s 3 et 1, op. 90 n° 2
Rachmaninov Elégie op. 3 n° 1
Variations sur un thème de Corelli op. 42
Schubert-Liszt Sei mir gegrüßt, Auf dem Wasser zu singen, Erlkönig
Liszt Sonate en si mineur


Comme son compatriote Evgeny Kissin, le trentenaire Korobeinikov est un surdoué du clavier (pas moins de vingt concours remportés à son palmarès) et un jeune esprit éclairé (il a son diplôme d’avocat et a publié plusieurs ouvrages juridiques notamment sur la propriété intellectuelle). Il quitte ici les rives slaves (c’est l’un des grands interprètes actuels de Scriabine et Chostakovitch) pour un grand voyage romantique avec Schubert et surtout la sonate en si de Liszt, sans doute l’œuvre la plus accomplie du musicien pour le piano, à l’architecture digne d’un poème symphonique dont elle pressent toute l’ampleur et la puissance. Nous voilà bien au cœur du Saint Graal du piano romantique. 

S3X Yamaha



Données techniques

Largeur : 149 cm
Hauteur
: 101 cm
Longueur : 186 cm
Poids : 330 kg

Marquée par la réconciliation entre l’innovation acoustique et la tradition des formes, ces nouveaux modèles présentent une aura somme toute particulière que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

Tout comme la musique classique, la conception de piano est en constante évolution. Chaque génération découvre de nouvelles interprétations, de nouveaux horizons d’expression artistique. Chez Yamaha, l’inspiration prend sa source à la croisée entre tradition et innovation. Sur nos pianos à queue de série SX, l’innovation a pris la forme de ceintures traitées par le procédé A.R.E. et d’un nouveau modèle de marteaux, qui étendent la palette tonale du piano, augmentant sa chaleur et sa profondeur. Que ce soit dans un conservatoire ou sur une scène de petites dimensions, le SX offre une sonorité riche et expressive qui inspire le joueur et envoûte le public.

Le traitement A.R.E. (Amélioration de la résonance acoustique) breveté par Yamaha est une évolution majeure de la facture de pianos. Qu’est-ce que l’A.R.E. ? Il s’agit d’un procédé de traitement que nous appliquons aux ceintures des pianos de la série SX dans le but de les vieillir. On obtient ainsi les sonorités chaudes et douces propres à un instrument porté à pleine maturité sonore.

Le bois qui compose les ceintures intérieures et extérieures de la série SX a été soigneusement sélectionné par les artisans Yamaha en fonction de ses caractéristiques acoustiques. Lors de la construction, ils ont réduit le nombre de couches de colle par l’emploi de matériaux en bois de plus de 30% plus épais que ceux des pianos précurseurs de la série S, afin de faire ressortir la résonance inhérente du bois.

L’enroulement manuel des cordes de piano est une tâche extrêmement exigeante qui ne peut être menée à bien que par des experts. Ces cordes enroulées à la main sont flexibles et amènent les harmoniques en meilleur accord avec les fréquences fondamentales.

 

Philippe Cassard, David Grimal, Anne Gastinel


D STEINWAY 316


Theâtre des Bouffes du Nord - 19 février 2018 - 20h30

Instrumentistes virtuoses, chambristes reconnus, la violoncelliste Anne Gastinel, le violoniste David Grimal et le pianiste Philippe Cassard ont déjà partagé de nombreuses aventures musicales. Ces partenaires d’exception ont choisi de se réunir à nouveau autour des trios pour piano et cordes de Beethoven.

Peu de temps après son arrivée à Vienne, Beethoven décide de devenir officiellement compositeur en faisant publier sous le titre de l’opus 1, ses trois premiers trios pour piano et cordes dont il était particulièrement satisfait. Si le piano tient encore une place prépondérante dans ces pages, il réussira avec le trio Les Esprits à faire dialoguer les trois instruments sur un pied d’égalité, surpassant le modèle hérité de Haydn et léguant à la postérité les codes d’un genre.


Ludwig Van Beethoven
Trio n°1 en mi bémol majeur, op. 1 n°1
Trio n°4 en si bémol majeur, op. 11
Trio n°5 en ré majeur; "Les Esprits", op. 70 n°1

Yaron HERMAN, Geneva Camerata


D STEINWAY 671


Le 104 Aubervilliers - 15 février 2018 - 20h30

Le pianiste de jazz Yaron Herman s'entoure de l'ensemble orchestral Geneva Camerata pour un concert unique à Paris, le 15 février prochain au Centquatre.    

D'un côté, le pianiste virtuose franco-isréalien Yaron Herman. De l'autre, l'orchestre genevois Geneva Camerata. Ensemble, ils uniront leurs instruments le 15 février 2018 au centre culturel 104 pour leur unique date parisienne. Un concert à la lisière du classique, du blues et de l'improvisations jazz.

Cette nouvelle collaboration entre Yaron Herman et Geneva Camerata (ce n'est pas leur première), intitulée Classical and Jazz Madness !, propose 75 minutes de musique instrumentale sans interruption, durant lesquelles vous naviguerez d'un style à l'autre sans jamais perdre le fil de l'écoute tant le spectacle promet d'être prenant. 

Bon à savoir : ce concert fait l'objet du premier album du Geneva Camerata, Sounds of transformation, paru en ce début d'année 2018.

Hervé BILLAULT, Guillaume COPPOLA,


D STEINWAY 749


Thâtre du Vézinet - 13 févrer 2018 - 20h45

Cette saison, nous sommes ravis de vous proposer une soirée piano consacrée aux joyaux du vaste répertoire à quatre mains, et servie par de grands interprètes réunis par une même passion pour cet art si délicat. Soudés par une complicité amicale et artistique de longue date, Hervé Billaut et Guillaume Coppola ont conçu ce programme comme un voyage musical dans la Vienne impériale du XIXème siècle.

Nikolaï Lugansky, piano


D STEINWAY 261


Théâtre des Champs Elysées - 6 février 2018 - 20h

Une soirée romantique à souhait avec les Scènes d'enfants de Schumann et les iconiques Préludes de Rachmaninov.

Programme

Schumann Scènes d’enfants op. 15
Humoresque op. 20
Rachmaninov Prélude op.23 , Prélude op. 32 (extraits)

Le public français attend chaque année avec ferveur le récital de ce grand seigneur du piano qu’est Nikolaï Lugansky, tant l’artiste russe a su tisser avec lui un lien indéfectible. Sa pudeur naturelle convient parfaitement aux Scènes d’enfants de Schumann, petits tableaux d’une grande simplicité, à l’émotion contenue. Quant à sa force expressive, qui sait éviter la caricature, elle trouve un terrain d’élection dans la grande Humoresque, fabuleuse mosaïque émotionnelle, de l’exaltation à la mélancolie, de la fièvre à la verve la plus mordante. Enfin, sa maîtrise éblouissante du clavier et la noblesse de son exécution triomphent dans les Préludes de Rachmaninov, dont il est un interprète majeur.

Olivier CAVÉ, piano


D STEINWAY 530


Salle Gaveau - 8 février 2018 - 20h30

Les plus belles sonates de Beethoven (6) – « La Pathétique »


De toutes les œuvres pour piano de Beethoven datant d'avant 1800, la Pathétique fut probablement sa plus grande réussite, chamboulant l'auditeur par son urgence dans l'expression du pathos, tout en ménageant une qualité d'écriture stupéfiante. Olivier Cavé s'impose avec brio dans cette partition d'envergure, unissant tous les paramètres musicaux. Il propose également les chefs-d'œuvre de trois grands aînés, Scarlatti, Haydn et Mozart, sans lesquels Beethoven n'aurait pas été Beethoven.

Ran RIA


Bösendorfer 280


Couvent des Récollets - 12 février 2018 - 20h

Née à Shanghaï, Ran JIA commence le piano à 3 ans, donne ses premiers concerts à 7 ans, puis sort du carcan d'enfant prodige pour découvrir la vraie vie. A 15 ans, elle décide de partir étudier aux Etats-Unis (Curtis Institute de Philadelphie), puis en Allemagne (Hochschule für Musik de Cologne) et en Italie (Académie du Lac de Côme). Elle se prend de passion pour l’Europe, et pour la musique de Schubert en particulier. Son interprétation est si convaincante que la Philharmonie de Berlin lui propose de donner l’intégrale des 21 Sonates du compositeur viennois en 4 concerts, Sony Classical lui ouvre ses studios d’enregistrement, le Festival de La Roque d'Anthéron l'invite en 2016. A 29 ans, cette pianiste chinoise s'impose par son parcours singulier, la sincérité et la poésie de ses interprétations, loin des estrades de concours et des surenchères techniques...

W.A. MOZART : Sonate K.333, Variations ‘Ah vous dirais-je maman’​ K.265

J. BRAHMS : Intermezzi op. 117​

F. SCHUBERT : Sonate D.784

David Lively, piano


D STEINWAY 261


Salle Gaveau - 26 janvier 2018 - 20h30

Les plus belles sonates de Beethoven (4) – « Mondschein & Waldstein »

La Sonate « Clair de lune » semble dessiner en filigrane la figure du romantique passionné, libre mais en proie à la souffrance. De l’autre côté de l'Atlantique, par des moyens bien sûr tout autres, de grands maîtres peignent les mêmes émotions. David Lively met sa technique éblouissante au service de climats tour à tour oniriques et tourmentés du Maître de Bonn, puis nous ouvre de manière étincelante les portes de son Amérique natale, rendant notamment hommage à Barber et Carter, deux génies qui furent ses maîtres.

 

François DUMONT, piano


Salle Gaveau - 20 janvier 2018 - 20h30

Nocturnes et Scherzos fantastiques

Il serait pour le moins sommaire d'opposer la clarté olympienne des Ravel et Debussy, à la vocalité lyrique de Chopin. Les premiers ne se privaient nullement d'élans palpitants et le Franco-Polonais déployait des textures diaphanes qui influencèrent l'impressionnisme. François Dumont met sa technique éblouissante au service de ces génies, soulignant les individualités, opérant cependant des rapprochements évidents. Du grand art. 

LUDMILA BERLINSKAÏA, piano


piano D STEINWAY 594120


Salle Gaveau - 2 février 2018 - 20h30

Première des trois légendaires « dernières sonates » de Beethoven, l'Opus 109 semble répercuter dans les touches d'un clavier toute l'ampleur de la Missa Solemnis. La finesse et la fraîcheur de Ludmila Berlinskaïa, unies à son impressionnante maîtrise instrumentale, l'éclairent d'un nouveau jour, au milieu de bien d'autres chefs-d'œuvre : angoissantes Kreisleriana de Schumann, hypnotiques Valses de Ravel…

Evgeny Kissin, piano Quatuor Emerson


Theâtre des Champs Elysées - 19 janvier 2018 - 20h

Programme

Mozart Quatuor avec piano K. 478
Fauré Quatuor avec piano op. 15
Dvořák Quintette op. 81

Le premier possède une rigueur technique irréprochable et un sens de l’articulation qui le place depuis longtemps sur les plus hautes marches. Les seconds sont de véritables esthètes du son partagé. Les voici rassemblés pour un programme atypique dans leur parcours : ils débuteront par la composition « révolutionnaire » de Mozart dans cette combinaison d’instruments, suivie du premier quatuor avec piano de Fauré, riche en lyrisme et passion pour conclure par les mélodies saisissantes et les rythmes vigoureux de l’âme tchèque de Dvořák. Une invitation au voyage à grande échelle tant géographique que musicale.

 

Boris Berezovsky, piano


Theâtre des Champs Elysées - 12 janvier 2018 - 20h

Mili Balakirev Mazurkas n° 5 en si bémol majeur, n° 4 en sol bémol majeur
Scherzo n° 2 en si bémol mineur
Nocturne n° 1 en si bémol mineur
Scherzo n° 3 en fa dièse majeur
Islamey op. 18
Anatoli Liadov Barcarole en fa dièse majeur op. 44, Mazurka en fa mineur op. 57 op. 3, Prélude en si mineur op. 11 n° 1, Prélude en sol majeur op. 46 n° 3, Prélude en si bémol majeur op. 13 n° 2, Prélude en ré bémol majeur op. 10 n° 1
Rachmaninov Cinq préludes op. 32 (nos 6, 7, 9, 11, 13)
Scriabine Études op. 42 (nos 3, 4, 5)
Études op. 65 (nos 1, 2, 3), Sonate n° 5 op. 53
Stravinsky Trois mouvements de Petrouchka (transcription pour piano)

Figure de colosse à la technique fulgurante, acquise au conservatoire de Moscou, Boris Berezovsky incarne le piano russe dans la plus pure tradition. Virtuosité et poésie, marquées du sceau de la sensibilité slave, s’illustrent ainsi brillamment dans ses interprétations à la scène comme au disque. Admirable serviteur notamment de Rachmaninov et Prokofiev, il cultive un goût prononcé pour le répertoire chambriste qu’il pratique régulièrement avec ses amis. Belle démonstration encore cette saison avec ce programme faisant se côtoyer quelques-unes des plus belles pages du répertoire russe.

 

Orchestre philharmonique de Radio France


Les Clefs de l’orchestre de Jean-François Zygel


Maison de la radio - Auditorium de Radio France - Dimanche 07 janvier 2017 16h00

La Conquête de la Joie

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°9

Annette Dasch soprano
Alisa Kolosova mezzo-soprano
Christian Elsner ténor
Kwangchul Youn basse
Chœur de Radio France
Lionel Sow chef de chœur
Orchestre philharmonique de Radio France
Jean-François Zygel
piano et commentaire
Mikko Franck direction