Denis PASCAL


D STEINWAY 530


Salle Gaveau - 23 mars 2018 - 20h30

BEETHOVEN : Sonate n° 26 op. 81 « Les Adieux », Sonate n° 31 op. 110
SCHUBERT : Sonate n° 20 D 959

Dans sa pénultième sonate, Beethoven plane sur des sommets absolus, réussissant le tour de force de concilier liberté poétique et rigueur d'une écriture au contrepoint fabuleux. Denis Pascal rend justice à cette architecture prodigieuse animée d'une vie frémissante. Le pianiste français magnifie aussi l'avant-dernière sonate de Schubert qui, par des moyens radicalement différents, retrouve une profondeur métaphysique similaire.

Jean-François ZYGEL, piano


Bösendorfer VC 280


Breuillet - 13 mars - 20h30

Jean François Zygel improvise sur Bach

« C’est quand même une drôle d’histoire, l’improvisation. Le public ne sait pas ce qu’il
va entendre et l’improvisateur ne sait pas ce qu’il va jouer. (…)

Moi j’ai l’impression d’avoir toujours improvisé. Déjà quand j’avais 8 ans, 9 ans, que mon
père surveillait si je travaillais bien mon piano, en fait la plupart du temps j’improvisais.
(…) J’ai remarqué que ce qui se passe juste avant un concert est toujours très important.
Ce que j’ai mangé, ce à quoi j’ai rêvé, si je suis triste ou plein d’énergie, les musiques que
j’ai entendues, les personnes que j’ai rencontrées, les amis auxquels j’ai pensé… Ce qui
me plaît bien, c’est qu’on peut improviser avec tout le monde. Avec un musicien de jazz
comme avec un joueur de doudouk arménien, avec un beat-boxer comme avec un joueur
de erhu chinois. En compagnie d’un danseur, d’un acteur ou d’un jongleur. (…)
Aujourd’hui, une fois de plus, je me dis que Bach est un de mes plus vieux amis. Fidèle.
Présent. Toujours là quand j’ai besoin de lui, quand ça ne va pas. Quand ça va aussi
d’ailleurs. »

Festival Banlieues Bleues 2018 - 35e édition


du 16 mars au 13 avril 2018


Saint-Ouen, Aubervilliers, Paris, Pantin ........

 


vendredi 16 mars à 20h30, Saint-Ouen

FESTIVAL 2018 

SIBUSILE XABA + ABDULLAH IBRAHIM & EKAYA  - complet

en savoir plus

samedi 17 mars à 20h30, Aubervilliers

FESTIVAL 2018 

TSHEGUE + LES AMAZONES D'AFRIQUE

en savoir plus

dimanche 18 mars à 16h00, Pantin

FESTIVAL 2018 - JEUNE PUBLIC 

ANTONIN TRI HOANG CHEWING-GUM SILENCE

en savoir plus

mardi 20 mars à 20h30, Pantin

FESTIVAL 2018 

ÉLODIE PASQUIER SOLO + CELUI QUI TRANSPORTE DES OEUFS NE SE BAGARRE PAS

en savoir plus

mercredi 21 mars à 20h30, Pierrefitte-sur-Seine

FESTIVAL 2018 

KOBO TOWN + DEVA MAHAL

en savoir plus

jeudi 22 mars à 20h00, Paris

FESTIVAL 2018  

EVE RISSER SOLO II Piano piano

en savoir plus

vendredi 23 mars à 20h30, Gonesse

FESTIVAL 2018 

JACOB DESVARIEUX NANM KANN

en savoir plus

samedi 24 mars à 20h30, Argenteuil

FESTIVAL 2018 

SARAH MURCIA NEVER MIND THE FUTURE

en savoir plus

samedi 24 mars à 20h30, Nanterre

FESTIVAL 2018 

MELINGO ANDA

en savoir plus

mardi 27 mars à 20h30, Pantin

FESTIVAL 2018 

ÉTÉNÈSH WASSIÉ TRIO YENE ALEM + LAURENT BARDAINNE QUARTET TIGRE D'EAU DOUCE

en savoir plus

1 | 2 | 3           UP SiteMap Mentions légales Contacts

DANIEL LOZAKOVITCH, violon ALEXANDER ROMANOVSKY, piano


Salle Gaveau - 15 mars 2018 - 20h30

  • MOZART : Sonate pour violon et piano n° 26 en si bémol majeur K 378
  • SCHUBERT : Fantaisie pour violon et piano en ut majeur D 934
  • BEETHOVEN : Sonate n° 9 en la majeur op. 4

À tout juste seize ans, Daniel Lozakovitch a reçu le surnom de « nouveau Menuhin ». Le prodige suédois ne cesse, au fil des années, d'imposer un talent qui magnifie tous les répertoires, de Bach à Bartók, avec une prédilection particulière pour Beethoven. Invité régulier de chefs tels que Valery Gergiev ou Semyon Bychkov, il est aussi un chambriste fabuleux, comme il va le démontrer à la Salle Gaveau. L'avenir est en marche !

 

MŪZA RUBACKYTĖ, piano


D STEINWAY 589


Salle Gaveau - 8 mars 2018 - 20h30

Concertos

  • MALCYS : La Voie Lactée
  • MOZART : Concerto pour piano n° 23
  • CHOPIN : Concerto pour piano n° 1
  • THILLOY : Le Songe d'Eglè op. 225 - création mondiale (composition sur un conte populaire lituanien)
En 2018, la Lituanie fêtera le centième anniversaire du rétablissement de son indépendance. À cette occasion, l'Orchestre de chambre de Lituanie, incontestablement l'une des meilleures formations de ce genre en Europe, rend visite à la Salle Gaveau en compagnie de la pianiste Mūza Rubackytė, virtuose qui a fait de Paris son foyer, et qui offre ici deux partitions emblématiques de son répertoire. Un grand moment de musique pour fêter l'amitié franco-lituanienne.

Bösendorfer Vienna Concert 280 n°5112


La nouvelle génération du piano à queue de concert Bösendorfer.


De l’émotion à l’état pur, dès les premières notes.

Longueur : 280 cm

Largeur : 157 cm

Poids net : 507 kg

Le nouveau piano à queue de concert 280VC – Vienna Concert – prend les publics et les artistes par surprise.

Notre équipe d’ingénieurs a su créer une véritable symbiose entre l’approche traditionnelle légendaire de Bösendorfer en matière de fabrication de pianos et les technologies les plus sophistiquées de modélisation et de mesures scientifiques. Ce piano à queue de concert a été entièrement réinventé, et pourtant, il reste fidèle à notre philosophie du son, améliorant encore notre principe de caisse de résonance. Des pianistes de renom ainsi que des maîtres aux compétences éprouvées dans l’art de la fabrication du son ont participé au perfectionnement de l’articulation acoustique de notre 280VC.

La silhouette lisse et élégante de cet instrument révèle sa capacité à projeter des ondes sonores brillantes, sans effort aucun. Un son pur comme le diamant, radieux et qui scintille gaiement. Une dynamique époustouflante, des couleurs stupéfiantes et une brillance exaltante : le nouveau Bösendorfer 280VC – Vienna Concert – représente l’aboutissement même de la légende Bösendorfer.

 

Andréi Korobeinikov


D STEINWAY 261


Theâtre des Champs Elysées - 17 mars 2018 - 20h

Le pianiste russe tisse un programme empli de nostalgie incantatoire, de Schubert à l'une des plus grandes pages de Liszt.

Schubert Trois Impromptus op. 142 n°s 3 et 1, op. 90 n° 2
Rachmaninov Elégie op. 3 n° 1
Variations sur un thème de Corelli op. 42
Schubert-Liszt Sei mir gegrüßt, Auf dem Wasser zu singen, Erlkönig
Liszt Sonate en si mineur


Comme son compatriote Evgeny Kissin, le trentenaire Korobeinikov est un surdoué du clavier (pas moins de vingt concours remportés à son palmarès) et un jeune esprit éclairé (il a son diplôme d’avocat et a publié plusieurs ouvrages juridiques notamment sur la propriété intellectuelle). Il quitte ici les rives slaves (c’est l’un des grands interprètes actuels de Scriabine et Chostakovitch) pour un grand voyage romantique avec Schubert et surtout la sonate en si de Liszt, sans doute l’œuvre la plus accomplie du musicien pour le piano, à l’architecture digne d’un poème symphonique dont elle pressent toute l’ampleur et la puissance. Nous voilà bien au cœur du Saint Graal du piano romantique. 

S3X Yamaha



Données techniques

Largeur : 149 cm
Hauteur
: 101 cm
Longueur : 186 cm
Poids : 330 kg

Marquée par la réconciliation entre l’innovation acoustique et la tradition des formes, ces nouveaux modèles présentent une aura somme toute particulière que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

Tout comme la musique classique, la conception de piano est en constante évolution. Chaque génération découvre de nouvelles interprétations, de nouveaux horizons d’expression artistique. Chez Yamaha, l’inspiration prend sa source à la croisée entre tradition et innovation. Sur nos pianos à queue de série SX, l’innovation a pris la forme de ceintures traitées par le procédé A.R.E. et d’un nouveau modèle de marteaux, qui étendent la palette tonale du piano, augmentant sa chaleur et sa profondeur. Que ce soit dans un conservatoire ou sur une scène de petites dimensions, le SX offre une sonorité riche et expressive qui inspire le joueur et envoûte le public.

Le traitement A.R.E. (Amélioration de la résonance acoustique) breveté par Yamaha est une évolution majeure de la facture de pianos. Qu’est-ce que l’A.R.E. ? Il s’agit d’un procédé de traitement que nous appliquons aux ceintures des pianos de la série SX dans le but de les vieillir. On obtient ainsi les sonorités chaudes et douces propres à un instrument porté à pleine maturité sonore.

Le bois qui compose les ceintures intérieures et extérieures de la série SX a été soigneusement sélectionné par les artisans Yamaha en fonction de ses caractéristiques acoustiques. Lors de la construction, ils ont réduit le nombre de couches de colle par l’emploi de matériaux en bois de plus de 30% plus épais que ceux des pianos précurseurs de la série S, afin de faire ressortir la résonance inhérente du bois.

L’enroulement manuel des cordes de piano est une tâche extrêmement exigeante qui ne peut être menée à bien que par des experts. Ces cordes enroulées à la main sont flexibles et amènent les harmoniques en meilleur accord avec les fréquences fondamentales.

 

Philippe Cassard, David Grimal, Anne Gastinel


D STEINWAY 316


Theâtre des Bouffes du Nord - 19 février 2018 - 20h30

Instrumentistes virtuoses, chambristes reconnus, la violoncelliste Anne Gastinel, le violoniste David Grimal et le pianiste Philippe Cassard ont déjà partagé de nombreuses aventures musicales. Ces partenaires d’exception ont choisi de se réunir à nouveau autour des trios pour piano et cordes de Beethoven.

Peu de temps après son arrivée à Vienne, Beethoven décide de devenir officiellement compositeur en faisant publier sous le titre de l’opus 1, ses trois premiers trios pour piano et cordes dont il était particulièrement satisfait. Si le piano tient encore une place prépondérante dans ces pages, il réussira avec le trio Les Esprits à faire dialoguer les trois instruments sur un pied d’égalité, surpassant le modèle hérité de Haydn et léguant à la postérité les codes d’un genre.


Ludwig Van Beethoven
Trio n°1 en mi bémol majeur, op. 1 n°1
Trio n°4 en si bémol majeur, op. 11
Trio n°5 en ré majeur; "Les Esprits", op. 70 n°1

Yaron HERMAN, Geneva Camerata


D STEINWAY 671


Le 104 Aubervilliers - 15 février 2018 - 20h30

Le pianiste de jazz Yaron Herman s'entoure de l'ensemble orchestral Geneva Camerata pour un concert unique à Paris, le 15 février prochain au Centquatre.    

D'un côté, le pianiste virtuose franco-isréalien Yaron Herman. De l'autre, l'orchestre genevois Geneva Camerata. Ensemble, ils uniront leurs instruments le 15 février 2018 au centre culturel 104 pour leur unique date parisienne. Un concert à la lisière du classique, du blues et de l'improvisations jazz.

Cette nouvelle collaboration entre Yaron Herman et Geneva Camerata (ce n'est pas leur première), intitulée Classical and Jazz Madness !, propose 75 minutes de musique instrumentale sans interruption, durant lesquelles vous naviguerez d'un style à l'autre sans jamais perdre le fil de l'écoute tant le spectacle promet d'être prenant. 

Bon à savoir : ce concert fait l'objet du premier album du Geneva Camerata, Sounds of transformation, paru en ce début d'année 2018.

Hervé BILLAULT, Guillaume COPPOLA,


D STEINWAY 749


Thâtre du Vézinet - 13 févrer 2018 - 20h45

Cette saison, nous sommes ravis de vous proposer une soirée piano consacrée aux joyaux du vaste répertoire à quatre mains, et servie par de grands interprètes réunis par une même passion pour cet art si délicat. Soudés par une complicité amicale et artistique de longue date, Hervé Billaut et Guillaume Coppola ont conçu ce programme comme un voyage musical dans la Vienne impériale du XIXème siècle.

Nikolaï Lugansky, piano


D STEINWAY 261


Théâtre des Champs Elysées - 6 février 2018 - 20h

Une soirée romantique à souhait avec les Scènes d'enfants de Schumann et les iconiques Préludes de Rachmaninov.

Programme

Schumann Scènes d’enfants op. 15
Humoresque op. 20
Rachmaninov Prélude op.23 , Prélude op. 32 (extraits)

Le public français attend chaque année avec ferveur le récital de ce grand seigneur du piano qu’est Nikolaï Lugansky, tant l’artiste russe a su tisser avec lui un lien indéfectible. Sa pudeur naturelle convient parfaitement aux Scènes d’enfants de Schumann, petits tableaux d’une grande simplicité, à l’émotion contenue. Quant à sa force expressive, qui sait éviter la caricature, elle trouve un terrain d’élection dans la grande Humoresque, fabuleuse mosaïque émotionnelle, de l’exaltation à la mélancolie, de la fièvre à la verve la plus mordante. Enfin, sa maîtrise éblouissante du clavier et la noblesse de son exécution triomphent dans les Préludes de Rachmaninov, dont il est un interprète majeur.

Olivier CAVÉ, piano


D STEINWAY 530


Salle Gaveau - 8 février 2018 - 20h30

Les plus belles sonates de Beethoven (6) – « La Pathétique »


De toutes les œuvres pour piano de Beethoven datant d'avant 1800, la Pathétique fut probablement sa plus grande réussite, chamboulant l'auditeur par son urgence dans l'expression du pathos, tout en ménageant une qualité d'écriture stupéfiante. Olivier Cavé s'impose avec brio dans cette partition d'envergure, unissant tous les paramètres musicaux. Il propose également les chefs-d'œuvre de trois grands aînés, Scarlatti, Haydn et Mozart, sans lesquels Beethoven n'aurait pas été Beethoven.

Ran RIA


Bösendorfer 280


Couvent des Récollets - 12 février 2018 - 20h

Née à Shanghaï, Ran JIA commence le piano à 3 ans, donne ses premiers concerts à 7 ans, puis sort du carcan d'enfant prodige pour découvrir la vraie vie. A 15 ans, elle décide de partir étudier aux Etats-Unis (Curtis Institute de Philadelphie), puis en Allemagne (Hochschule für Musik de Cologne) et en Italie (Académie du Lac de Côme). Elle se prend de passion pour l’Europe, et pour la musique de Schubert en particulier. Son interprétation est si convaincante que la Philharmonie de Berlin lui propose de donner l’intégrale des 21 Sonates du compositeur viennois en 4 concerts, Sony Classical lui ouvre ses studios d’enregistrement, le Festival de La Roque d'Anthéron l'invite en 2016. A 29 ans, cette pianiste chinoise s'impose par son parcours singulier, la sincérité et la poésie de ses interprétations, loin des estrades de concours et des surenchères techniques...

W.A. MOZART : Sonate K.333, Variations ‘Ah vous dirais-je maman’​ K.265

J. BRAHMS : Intermezzi op. 117​

F. SCHUBERT : Sonate D.784

David Lively, piano


D STEINWAY 261


Salle Gaveau - 26 janvier 2018 - 20h30

Les plus belles sonates de Beethoven (4) – « Mondschein & Waldstein »

La Sonate « Clair de lune » semble dessiner en filigrane la figure du romantique passionné, libre mais en proie à la souffrance. De l’autre côté de l'Atlantique, par des moyens bien sûr tout autres, de grands maîtres peignent les mêmes émotions. David Lively met sa technique éblouissante au service de climats tour à tour oniriques et tourmentés du Maître de Bonn, puis nous ouvre de manière étincelante les portes de son Amérique natale, rendant notamment hommage à Barber et Carter, deux génies qui furent ses maîtres.

 

François DUMONT, piano


Salle Gaveau - 20 janvier 2018 - 20h30

Nocturnes et Scherzos fantastiques

Il serait pour le moins sommaire d'opposer la clarté olympienne des Ravel et Debussy, à la vocalité lyrique de Chopin. Les premiers ne se privaient nullement d'élans palpitants et le Franco-Polonais déployait des textures diaphanes qui influencèrent l'impressionnisme. François Dumont met sa technique éblouissante au service de ces génies, soulignant les individualités, opérant cependant des rapprochements évidents. Du grand art. 

LUDMILA BERLINSKAÏA, piano


piano D STEINWAY 594120


Salle Gaveau - 2 février 2018 - 20h30

Première des trois légendaires « dernières sonates » de Beethoven, l'Opus 109 semble répercuter dans les touches d'un clavier toute l'ampleur de la Missa Solemnis. La finesse et la fraîcheur de Ludmila Berlinskaïa, unies à son impressionnante maîtrise instrumentale, l'éclairent d'un nouveau jour, au milieu de bien d'autres chefs-d'œuvre : angoissantes Kreisleriana de Schumann, hypnotiques Valses de Ravel…

Evgeny Kissin, piano Quatuor Emerson


Theâtre des Champs Elysées - 19 janvier 2018 - 20h

Programme

Mozart Quatuor avec piano K. 478
Fauré Quatuor avec piano op. 15
Dvořák Quintette op. 81

Le premier possède une rigueur technique irréprochable et un sens de l’articulation qui le place depuis longtemps sur les plus hautes marches. Les seconds sont de véritables esthètes du son partagé. Les voici rassemblés pour un programme atypique dans leur parcours : ils débuteront par la composition « révolutionnaire » de Mozart dans cette combinaison d’instruments, suivie du premier quatuor avec piano de Fauré, riche en lyrisme et passion pour conclure par les mélodies saisissantes et les rythmes vigoureux de l’âme tchèque de Dvořák. Une invitation au voyage à grande échelle tant géographique que musicale.

 

Boris Berezovsky, piano


Theâtre des Champs Elysées - 12 janvier 2018 - 20h

Mili Balakirev Mazurkas n° 5 en si bémol majeur, n° 4 en sol bémol majeur
Scherzo n° 2 en si bémol mineur
Nocturne n° 1 en si bémol mineur
Scherzo n° 3 en fa dièse majeur
Islamey op. 18
Anatoli Liadov Barcarole en fa dièse majeur op. 44, Mazurka en fa mineur op. 57 op. 3, Prélude en si mineur op. 11 n° 1, Prélude en sol majeur op. 46 n° 3, Prélude en si bémol majeur op. 13 n° 2, Prélude en ré bémol majeur op. 10 n° 1
Rachmaninov Cinq préludes op. 32 (nos 6, 7, 9, 11, 13)
Scriabine Études op. 42 (nos 3, 4, 5)
Études op. 65 (nos 1, 2, 3), Sonate n° 5 op. 53
Stravinsky Trois mouvements de Petrouchka (transcription pour piano)

Figure de colosse à la technique fulgurante, acquise au conservatoire de Moscou, Boris Berezovsky incarne le piano russe dans la plus pure tradition. Virtuosité et poésie, marquées du sceau de la sensibilité slave, s’illustrent ainsi brillamment dans ses interprétations à la scène comme au disque. Admirable serviteur notamment de Rachmaninov et Prokofiev, il cultive un goût prononcé pour le répertoire chambriste qu’il pratique régulièrement avec ses amis. Belle démonstration encore cette saison avec ce programme faisant se côtoyer quelques-unes des plus belles pages du répertoire russe.

 

Orchestre philharmonique de Radio France


Les Clefs de l’orchestre de Jean-François Zygel


Maison de la radio - Auditorium de Radio France - Dimanche 07 janvier 2017 16h00

La Conquête de la Joie

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°9

Annette Dasch soprano
Alisa Kolosova mezzo-soprano
Christian Elsner ténor
Kwangchul Youn basse
Chœur de Radio France
Lionel Sow chef de chœur
Orchestre philharmonique de Radio France
Jean-François Zygel
piano et commentaire
Mikko Franck direction